/ Amour et Sexo / Dysfonction érectile: des exercices plutôt que le Viagra!
dysfonctionerectil

Dysfonction érectile: des exercices plutôt que le Viagra!

Réputés pour prévenir l’incontinence urinaire tant chez la femme que chez l’homme, les exercices de Kegel offriraient une solution de rechange efficace – et surtout durable! – au Viagra et autres pilules du genre, pour traiter la dysfonction érectile.

En effet, une expérience menée en Grande-Bretagne a permis à un participant sur deux de régler ses problèmes d’érection chroniques, et à un sur trois d’améliorer ses fonctions turgescentes.

Pour les besoins de l’étude, 55 hommes souffrant de dysfonction érectile depuis au moins six mois ont été choisis au hasard. La moitié d’entre eux devaient effectuer les exercices de Kegel en plus d’apporter des changements à leur mode de vie, soit cesser de fumer, réduire leur consommation d’alcool, et perdre du poids. L’autre moitié formait le groupe témoin, à qui on avait conseillé d’apporter les mêmes changements d’habitudes de vie, sans plus.

Les exercices de Kegel consistent à renforcer les muscles du plancher pelvien, plus spécifiquement les muscles ischio-caverneux et bulbo-caverneux. Ce dernier circonscrit une bonne partie de la base du pénis. Il a pour fonction, entre autres, de maintenir l’afflux sanguin au moment de l’érection et de « pomper » le sperme au moment de l’éjaculation. C’est également lui qui, par réflexe, vide l’urètre à la fin d’une miction.

Pour s’assurer que l’entraînement des muscles du plancher pelvien était adéquat, les hommes du premier groupe ont bénéficié des conseils d’un physiothérapeute. Ils ont ainsi appris la forme rapide des exercices de Kegel, qui consiste à contracter ces muscles avec intensité, comme pour empêcher l’évacuation d’une flatulence (en rétractant le pénis et en soulevant simultanément le scrotum). Les participants devaient effectuer les exercices deux fois par jour, afin d’améliorer l’endurance des muscles ischio et bulbo-caverneux.

Après trois mois, on a observé une amélioration significative de la fonction érectile chez les membres du premier groupe, ce qui ne fut pas le cas chez ceux du groupe témoin. Les hommes du premier groupe ont poursuivi leurs exercices à la maison pendant trois autres mois, tandis qu’au cours de la même période, ceux du groupe témoin ont reçu l’entraînement à leur tour.

Résultats : six mois après le début de l’étude, 40 % des participants avaient recouvré leurs capacités érectiles normales, et 35 % avaient obtenu une amélioration significative. De plus, 65 % des sujets qui souffraient parallèlement d’écoulement urinaire suivant une miction ont vu ce problème se résorber.

À la lumière de ces résultats, les auteurs de l’étude suggèrent que ces exercices fassent désormais partie des premiers traitements à offrir aux hommes atteints de dysfonction érectile.

Voir aussi

maladiesguerissentamour

Les 20 maladies que vous pouvez guérir en faisant l’amour