Changements climatiques : quel avenir pour l’univers ?

0
520

Plusieurs actes humains bouleversent considérablement l’ordre naturel. Les changements climatiques en sont l’une des conséquences évidentes. Découvrez dans le présent article les éventuelles incidences qui découleront de cette situation qui n’interpelle que très peu les vrais acteurs.

Que peut-on comprendre par changements climatiques ?

Les changements climatiques se caractérisent par un bouleversement de l’ordre naturel. En effet, les changements auxquels l’humanité est confrontée depuis quelques années sont dus à la prolifération de la concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. À vrai dire, ces gaz ont toujours existé dans la nature de façon naturelle. Le plus courant d’entre eux est l’eau. Depuis quelques années, les gaz à effet de serre les plus dangereux connaissent une croissance considérable dont l’origine est loin d’être naturelle. L’on peut imputer ces bouleversements à l’utilisation des méthodes chimiques dans les productions agricoles et aussi des moyens fortement mécanisés dans le secteur industriel.

D’autres activités humaines sont aussi à l’origine de cette accentuation du phénomène. Les industries, les bâtiments et les transports sont tous aussi responsables de cet état de choses. Par ailleurs, il est crucial de marquer une différence entre la contribution à l’augmentation des gaz à effet de serre des pays hautement industrialisés et la contribution des pays actuellement en voie de développement. Toutefois, il faut rappeler que les chercheurs restent incertains quant à cette évolution du dérèglement du climat influencé non seulement par l’homme, mais surtout par l’effet du temps. Selon toutes les hypothèses, le phénomène des dérèglements climatiques entraîne déjà de lourdes conséquences sur l’humanité tandis que d’autres sont encore à venir.

De lourdes conséquences sont attendues

Résultat de recherche d'images pour "changement climatique conséquences"Les incidences au plan sanitaire

Le changement climatique entraîne un réchauffement climatique dangereux. La Banque mondiale a laissé entendre que « le réchauffement climatique pourrait être à l’origine d’un impact sanitaire en augmentant l’incidence des maladies sous l’effet de vagues de chaleur et d’inondations ». En effet, ces phénomènes sont susceptibles d’allonger le cycle de transmission des maladies propagées par les moustiques. Un réchauffement climatique de 2 à 3oC augmentera de 5 % le nombre de populations exposées au paludisme. Cela fait environ une hausse de 150 millions de personnes. Par ailleurs, l’OMS estime que « deux milliards de personnes de plus pourraient être exposées au risque de transmission de la dengue d’ici les années 2080 ». Aussi, les maladies diarrhéiques, causées par l’infection de l’eau pourraient monter de 10 %.

La pauvreté va s’accroître

La Banque mondiale souligne dans un rapport publié en 2015 que plus de 100 millions de personnes pourraient tomber sous le coup de la pauvreté si les objectifs de réduction des gaz à effet de serre ne sont pas atteints. Selon l’institution, « ce sont les plus démunis qui sont le plus durement frappés par le changement climatique. Le défi auquel nous sommes maintenant confrontés consiste à éviter que le dérèglement climatique ne plonge dans l’extrême pauvreté des dizaines de millions d’êtres humains ».

En effet, les populations les plus pauvres sont ainsi en danger à cause « des mauvaises récoltes dues à la diminution de la pluviosité » et la montée des prix alimentaires engendrée par des phénomènes météorologiques extrêmes. Les études ont prouvé que le continent africain serait plus menacé, car la flambée des prix alimentaires pourrait atteindre 13 % en 2030 et approximativement 70 % à l’horizon 2080.

Plus de 250 millions de réfugiés climatiques à l’horizon 2050

Les sécheresses, typhons, inondations et cyclones exubérants engendrés par les changements climatiques sont à l’origine de l’immigration de nombreuses populations. En effet, l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des phénomènes météorologiques extrêmes ainsi que les catastrophes naturelles vont continuer à se multiplier dans les années à venir. Toutes ces situations attentatoires au bien-être humain obligent les humains à se déplacer dans l’espérance de terres meilleures. Aujourd’hui, il y a déjà plus de réfugiés climatiques que de réfugiés de guerre. Dans un rapport publié en 2012, l’ONU avait prédit plus de 250 millions de déplacés dans le monde dans les années 2050.

Par ailleurs, dans les données de l’IDMC (Internally Displacement Monitoring Center), 83,5 millions de réfugiés climatiques ont été recensés entre 2011 et 2014. Qu’en sera-t-il dans l’avenir ?

Les vols en avion en sont sensibles

Les turbulences en avion seraient plus fréquentes à l’avenir. En effet, selon une étude parue en 2013, les zones de turbulences devraient considérablement augmenter dans le futur. Les chercheurs, en se basant sur une simulation des modèles climatiques, attestent que les turbulences pourraient doubler d’ici 2050. Selon leurs dires, la force des turbulences pourrait accroître jusqu’à une échelle allant de 10 à 40 %. Par ailleurs, le Professeur Paul Williams (l’un des auteurs de l’étude) souligne que « l’aviation est en partie responsable du changement climatique. Ironie du sort, le climat est en voie de prendre sa revanche en créant une atmosphère plus turbulente ». Faut-il s’inquiéter pour les vols ?

Les océans et îles menacés

Des îles et îlots paradisiaques ont déjà été engloutis. En effet, en 50 ans le niveau des océans s’est élevé de dix centimètres. C’est une tendance qui est appelée à se poursuivre voire s’accélérer dans les décennies à venir. Les experts de la Nasa expliquent que les océans vont inévitablement monter d’au moins un mètre dans les 100 à 200 ans à venir. Ils soulignent qu’« au vu de ce que l’on sait aujourd’hui à propos de l’expansion des océans avec le réchauffement, et sur la fonte des glaciers et des calottes glaciaires, il est pratiquement certain que nous aurons une augmentation du niveau des mers d’au moins un mètre et probablement davantage ».

Une autre étude du CNRS en 2014 atteste que 10 000 à 20 000 îles pourraient totalement disparaître au cours du siècle. Face à ce phénomène catastrophique annoncé, certaines nations prennent déjà leurs précautions. Les habitants de l’atoll de Bikini réclament déjà l’asile climatique aux États-Unis.

Des records de chaleur et de froid polaire à venir

Maintenir le réchauffement climatique est un objectif qui devient de plus en plus inaccessible. Si cet objectif n’est pas atteint, les prévisionnistes prédisent des records de températures dans le futur et des épisodes caniculaires plus longs. En effet, « les vagues de chaleur vont probablement se produire plus fréquemment et durer plus longtemps. Avec le réchauffement de la terre, nous nous attendons à voir les régions actuellement humides recevoir davantage de précipitations et les régions sèches en recevoir moins » mentionnait en 2013 le climatologue Thomas Stocker dans un rapport du GIEC (Groupe d’expert intergouvernemental sur le climat).

Par ailleurs, le réchauffement climatique provoquera non seulement des records de chaleur, mais entraînera également des épisodes de froid polaire en Europe. Les météorologues expliquent que le Gulf Stream qui sépare régulièrement les masses d’air froid du Pôle Nord et de l’Arctique de l’air plus chaud de l’hémisphère nord est de moins en moins étanche. Il finira par céder et les conséquences en seraient dramatiques.

Des menaces de feux de forêt plus fréquents

Au Portugal, au Canada, aux États-Unis et même en Italie, les feux de forêt se sont multipliés ces derniers mois. L’une des principales raisons est que la canicule est de plus en plus fréquente et torride. Ce qui engendre des conditions climatiques chaudes et extrêmement sèches entérinant l’avènement des feux de forêt. Selon le climatologue Hervé Le Treut, « le réchauffement climatique est l’un des facteurs qui peuvent expliquer la multiplication des feux, mais ce n’est pas le seul : il y a aussi l’action humaine. La sécheresse est parfois liée au réchauffement climatique et à la repousse des forêts ». S’en suivent les feux de forêt qui entraînent quant à eux la disparition de certaines espèces animales rares.

Faut-il continuer à rester coi face à cette situation pourtant préoccupante ? Vos réactions sont attendues !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.