/ Culture / Cinéma / « First date », quand Barack rencontre Michelle

« First date », quand Barack rencontre Michelle

S’il y a une crise des scénarios à Hollywood, l’usine à rêve surprend parfois dans ses choix. Comme celui de raconter le premier rendez-vous entre Barack Obama et Michelle Robinson, sa future épouse et First Lady. On imagine mal en France la transposition à l’écran de la rencontre entre François Hollande et Ségolène Royale, ou celle de Nicolas Sarkozy avec Carla Bruni. En Amérique, c’est possible.

Politique

Les professionnels du cinéma américain seraient majoritairement démocrates. Sauf exceptions républicaines, et pas des moindres : Donald et Nancy Reagan, anciens acteurs, respectivement président et first lady pour deux mandats ; Arnold Schwarzenegger, acteur devenu gouverneur de Californie ; Clint Eastwood, acteur-réalisateur-producteur fut maire de Carmel (Californie) de 1986 à 1988 ; Charlton Heston affichait quant à lui son engagement républicain depuis 1972, après avoir été démocrate, et comme président de la National Rifle Association (NRA) de 1998 à 2003. Barak Obama, démocrate, fait lui le chemin inverse. Président par deux fois des Etats-Unis, le voilà héros d’une fiction reconstituant son premier rendez-vous galant avec sa future épouse Michelle Robinson.

S’ils ne jouent pas leur propre rôle, Michelle et Barack Obama ont l’étoffe d’acteurs, tant leurs présences répétées sur le petit écran ont suscité des commentaires, pour leur aisance médiatique et comme chefs de file de la « cool attitude ».  Sorti en août aux Etats-Unis, à trois mois de l’élection présidentielle (8 novembre), « First Date » fut projeté au Festival du cinéma indépendant de Sundance – initié par le démocrate Robert Redford. S’arrêter à une concordance des temps opportune est un doux euphémisme. Même si Obama ne se représente pas, deux mandats consécutifs étant seulement autorisés aux Etats-Unis, il soutient la candidature démocrate d’Hillary Clinton, sa Secrétaire d’Etat (ministre des Affaires étrangères) de 2008 à 2012, face au républicain polémiste Donald Trump.

Parker Sawyers, Tika Sumpter dans "First Date" de Richard TanneParker Sawyers, Tika Sumpter dans « First Date » de Richard Tanne© Capelight pictures

Romance

« Date » en anglais ne signifie pas seulement « date » ou « rendez-vous » (« appointment ») en français, mais « rendez-vous galant ». Le film de Richard Tanne, dont c’est le premier long métrage écrit et réalisé, joue du subtil présupposé d’être raconté du point de vue de Michelle. La première scène se déroule chez ses parents, lors de sa préparation avant ce premier rendez-vous, mise en jambe au cours de laquelle sa mère ne cesse de la chambrer sur le soin apporté à sa toilette, sous-entendant qu’il y a anguille sous roche. Ce contre quoi se défend sa fille toute en réserve. La suite ne se déroulera plus que dans des endroits publics, mais le point de vue de la jeune femme demeurera.

C’est donc par son regard que Barack est représenté. Connaissant par avance l’issue de cette rencontre, tout va bien entendu à son avantage. Stagiaire attitré de cette jeune avocate, il s’affiche audacieux dans son invitation. Lui est indépendant, il a quitté le giron familial ; l’état délabré de sa voiture signale ses origines modestes et son désintérêt pour les signes extérieurs de richesse. Le jeune homme déploie un charme irrésistible dans son élégance, sa prose nuancée, intelligente et assurée, pleine de réparties.

Parker Sawyers dans "First Date" de Richard TanneParker Sawyers dans « First Date » de Richard Tanne© Capelight pictures / Pat Scola

Mais c’est lors de son intervention au sein d’un comité de quartier (dans une église) qu’il va remporter la mise. Barack Obama est réputé depuis son engagement en politique pour la qualité de ses discours et ses talents d’orateur. Sous-entendu : cela fait partie de ses atouts depuis toujours et ne résulte pas d’une stratégie de communication ; chez lui, c’est naturel. Et à la belle de succomber, nous avec, au terme de cette jolie romance à l’eau de rose, aux deux acteurs convaincants, dont Parker Sawyers, étonnant de ressemblance avec son modèle. La messe est dite, prédicatrice d’une réalisation personnelle et d’un destin historique. Un cérémonial élégiaque : sonnez hautbois, résonnez musettes..

"First Date" : l'affiche française

Voir aussi

bettealamaniere

VIDÉO.- Cette bête (à la manière de Messi) surprend le monde entier