/ Technologie / Le remplaçant de la carte bleue fait son apparition sur le marché
paiement-carte-bleue

Le remplaçant de la carte bleue fait son apparition sur le marché

TECH.- Les services de paiement par téléphone — Apple Pay, Orange Cash, etc. — méritent quelques explications.

Qui peut en profiter ? Pour utiliser Apple Pay, il faut être propriétaire d’un modèle d’iPhone dernier cri, 6, 6s ou 5sE, mais aussi avoir une carte Visa et être client chez BPCE (ex-Banque populaire-Caisse d’épargne) ou Carrefour Banque (avec une carte Pass MasterCard). Seuls ces établissements bancaires ont à ce jour un partenariat avec Apple. Les abonnés à l’opérateur Orange peuvent, eux, depuis octobre 2015, utiliser un système équivalent baptisé Orange Cash. Ce dernier fonctionne à partir d’une application à installer sur un smartphone Android ou Windows compatible avec la norme NFC (liaison sans contact). Contrairement à Apple Pay, qui permet un prélèvement du montant des achats directement sur le compte bancaire de l’utilisateur, Orange Cash est une sorte de cagnotte électronique sur laquelle on verse de l’argent jusqu’à hauteur de 1 000 €.

Le paiement sans contact par smartphone est disponible dans environ 400 000 points de vente en France, ceux équipés d’un terminal adapté affichant une petite icône en forme d’éventail. Certaines enseignes ont équipé tous leurs magasins : Carrefour (super et hypermarchés), Fnac, Cojean, Flunch, Total, Sephora… et, bien sûr, Apple Store.

Combien ça coûte ? Rien pour l’utilisateur dans le cas d’Apple Pay. Banques, opérateurs et fabricants se partagent les coûts. Le chiffre de 0,15 % de commission versé à Apple à chaque transaction est souvent évoqué, sans que la marque californienne confirme ce montant.

Les utilisateurs d’Orange Cash sont, eux, facturés 0,79 € à chaque recharge de leur cagnotte virtuelle, sauf s’ils font un virement direct depuis leur compte bancaire.

Cette technologie est-elle sûre ? En utilisant une carte bancaire de façon classique, on expose aux yeux des autres son numéro de carte mais aussi et surtout le code de sécurité à trois chiffes qui se trouve au dos. Avec le paiement par smartphone, non. Le numéro de la carte est en partie masqué sur l’écran du téléphone et n’est pas utilisé pour la transaction. A la place, un numéro de compte unique est créé et crypté avec un code de sécurité propre à chaque transaction.

Chaque paiement exige aussi une validation par le système de reconnaissance digitale des smartphones équipés ou du code de déverrouillage de l’appareil. « Les détails de vos transactions ne sont pas stockés afin qu’il soit impossible de remonter jusqu’à vous, assure même Apple. Vos derniers achats sont conservés dans Wallet par commodité, mais cela ne va pas plus loin. » Les risques de piratage, au moment de la transaction sans fil, sont extrêmement faibles puisque la liaison entre smartphone et terminal de paiement est très courte. Il faut approcher son téléphone à moins de 2 cm de ce terminal de paiement.

Que se passe-t-il en cas de perte ou de vol du smartphone ? Chaque établissement bancaire et opérateur (dans le cas d’Orange) a prévu un centre d’appels, ouvert 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 heures, pour prévenir de la perte ou du vol d’un smartphone et désactiver à distance la fonction paiement sans contact. Les utilisateurs d’un iPhone peuvent utiliser la fonction « localiser mon iPhone » pour le mettre en mode « perdu » et désactiver Apple Pay et, s’ils le souhaitent, effacer intégralement le contenu de leur appareil.  Le Parisien

Voir aussi

yahoocomptepirates

500 millions de comptes Yahoo! ont été piratés

Panique à bord. Le groupe internet Yahoo! a confirmé avoir été victime, fin 2014, d’une massive …